A un moment ou un autre, il faut quitter un emploi pour une meilleure opportunité de carrière. Si cette aubaine se présente à vous aujourd’hui, alors félicitation ! Ceci étant, il n’est pas facile de dire à l’employeur que vous quittez votre poste. Voici un rappel des conduites à tenir pour une démission dans les règles.

Rompre un contrat de travail à durée indéterminée

Au moment d’intégrer l’entreprise, vous avez signé un contrat. Ce document ainsi que le code de travail détermineront les conditions pour lesquelles vous pourriez quitter votre poste en toute légalité. L’idéal serait de rédiger une lettre de démission en bonne et due forme. Cette requête inclut normalement le motif de votre départ. Optez pour une raison irréfutable, mais sincère pour avoir l’accord de la direction.

Si le patron refuse de signer votre lettre de démission

Vous pouvez tout simplement dire qu’une meilleure opportunité s’est présentée. A vous de comparer si la démission se solde par une augmentation de salaire. Si le boss n’accepte pas sans prendre des mesures à votre avantage, abandonnez votre poste. Dans le cas où c’est l’ambiance de travail qui ne vous convient plus, il vaut mieux quitter la société. Quel que soit le motif de votre arrêt, restez en bons termes avec le patron et vos anciens collègues.

 

Quitter un emploi et toucher l’indemnité quand même

En France, il est tout à fait possible de démissionner et toucher une indemnité. Ce sera le cas si votre départ a été négocié, suite à votre demande, ou celle de la direction. Vous pourrez toucher une indemnité si la cause de votre démission ne dépend pas de votre volonté. C’est le cas lorsque votre conjoint est muté dans une autre ville et vous devez le suivre. Vous devez également être indemnisé si vous êtes victimes de harcèlement reconnu par le tribunal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *