Tout individu a le droit de suivre une formation tout au long de son existence en vue de s’améliorer. Ce droit à la formation est inscrit dans la loi française et est accessible à tous que ce soit pour les bacheliers, les non-bacheliers, les chômeurs ou encore les salariés en activité.

Qu’est-ce que le droit à la formation ?

Le droit à la formation est le droit octroyé à tout individu souhaitant avoir accès à une formation en vue de s’améliorer continuellement. Ce droit est inscrit dans la loi du 04 mai 2004, appuyée par la loi du 04 novembre 2009, et par la loi du Travail du 08 août 2016. Son octroi dépend du statut de l’individu qui en fait la demande dans ce cas. Le financement de cette formation ainsi que les éventuelles rémunérations ou indemnisations dans le cas d’un stage, sont incluses dans ce droit. Des dispositions ont été prises par la communauté et les partenaires sociaux dans la mise en œuvre des projets mettant en valeur ce droit.

Quels sont les objectifs de ce droit ?

Les formations visent à acquérir de nouvelles compétences ou à améliorer celles dont dispose déjà un individu. Suite à ces améliorations en termes de capacité, un individu sera donc apte à progresser plus facilement dans le milieu professionnel où il évolue. Il aura de ce fait accès à des postes qui autrefois lui étaient inaccessibles faute de compétence. C’est aussi un moyen de conserver son emploi. En effet, un individu ne possédant pas de connaissances à jour vis-à-vis des progrès technologiques suivis par une entreprise serait une charge. De plus, il est même possible d’envisager une nouvelle carrière suite à une formation.

Qui peut obtenir ce droit ?

Tout individu ayant l’envie de progresser dans un milieu professionnel a accès à ce droit. Cela peut être l’employé d’une entreprise qui souhaite connaitre une évolution dans sa carrière, qu’il soit dans la fonction publique ou privée. Il est aussi accessible aux jeunes et aux adultes, qu’ils soient diplômés ou non et qu’ils aient un emploi ou non. Les travailleurs indépendants qui ne travaillent pas dans une entreprise sont aussi concernés. Pour terminer, il y a les personnes en situation de handicap qui ont souvent du mal à intégrer une entreprise ou à suivre des formations. Ces derniers sont également les cibles de ce droit fondamental dans la loi sur le travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *