La plupart du temps, on n’évoque que les sujets qui concernent la recherche d’un bon candidat. Or, il est aussi important de savoir reconnaître un bon ou un mauvais patron pour pouvoir évoluer correctement dans son travail.

Ne pas stéréotyper

Il est possible que nous ayons passé de mauvaises expériences avec notre ancien patron. Peut-être qu’il s’agissait d’un homme, d’une femme, d’un jeune entrepreneur, d’un vieux ou d’un étranger. Après tout, il n’est pas rare de rencontrer des conflits entre les employeurs et les employés. Il ne faut donc pas mettre tout le monde dans un même panier. Dans la vie, chaque cas et unique. C’est aussi valable dans le monde professionnel. Il existe différentes sortes de manager et il ne faut jamais se laisser avoir par les étiquettes. En effet, tous les hommes ne sont pas forcément des dictateurs, toutes les femmes ne sont pas ganaches, toutes les personnes âgées ne sont pas dépassées, tous les jeunes ne sont pas arrivistes et tous les étrangers ne font pas de l’esclavagisme.

Les critères d’un bon patron

Avant d’accepter de travailler pour le compte d’une personne, il ne faut uniquement pas se fier aux apparences. Il faut plutôt privilégier ses qualités professionnelles que physique. En réalité, on peut facilement reconnaître un bon employeur lorsqu’il est avant tout humain, et non un robot qui ne pense qu’à son business. Pour cela, il est nécessaire de se poser quelques questions. Est-il intelligent ? Est-il compétent dans son domaine ? A-t-il une réelle motivation dans son activité ? Est-ce qu’il a confiance en lui ? S’intéresse-t-il à notre qualité en tant que personne? Se soucie-t-il de ses collaborateurs ? Offre-t-il un cadre de travail agréable ? En répondant à cette série de questions, il est plus facile de faire un choix judicieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *